201107_11

Elle marche devant moi depuis quelques secondes. Elle a surgi sur ma droite, sortant sans doute d’une voiture. Je me suis effacée pour éviter la collision. Elle semblait pressée. Je n’ai pas vu son visage. J’ai juste senti une première volute qui a attiré mon regard sur la crête de ses épaules, mon nez dans les remous vaporeux de son corps en mouvement. Ses talons claquent sur le trottoir. Elle avance vite. La brise transporte un mélange de vanille et de tabac encore chaud. J’y suis entière, me coulant dans son sillage jusqu’à faire chair avec son effluve.
Elle accélère puis ralentit à l’approche d’un feu. Je maintiens la distance et je hume, le nez dans le vent, les mains dans les poches, le sourire au cœur, le désir à fleur de peau. Elle s’arrête. Je reste derrière. Je ne veux surtout pas la voir, surtout pas savoir d’elle autre chose que son parfum. Il me comble. Il m’enivre. Elle traverse. Je lui emboîte le pas. Elle tourne à gauche sur le boulevard. Je renonce à ma destination initiale. Le trottoir s’est élargi. J’ai peur qu’elle ne se retourne si je la suis de trop près. Je laisse un mètre de plus. Elle jette sa cigarette. J’en avale la dernière bouffée, de la vanille toujours au coin des lèvres.
Elle entre dans un immeuble. Un homme en sort. Je le regarde. Il cherche quelque chose dans sa poche et sort un mouchoir. Dommage. J’en aurais volontiers grillé une autre.

Cy Jung®

Cette entrée a été publiée dans Photocriture. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>