200909_03

C’était… ? Je ne sais plus exactement. En Bourgogne, peut-être, aux alentours du village de mes grands-parents. Je marchais sur une route mal goudronnée, une route à une seule voie, avec des champs de part et d’autre, et des talus. Il faisait chaud mais j’étais bien.
Je marchais sur cette route et soudain ! J’étais au soleil et, à quelques mètres devant moi, la route était à l’ombre, et mouillée. Comment était-ce possible ? Il n’y avait pas de système d’arrosage à proximité, au moins, je n’entendais rien de tel. Et surtout, il y avait cette ombre qui plongeait dans le noir ce que je pouvais voir des champs, avec comme une ligne qui délimitait parfaitement les deux zones.
J’étais petite mais pas assez pour ne pas être seule sur cette route. Je n’avais pas d’autre solution pour comprendre que d’avancer. Je me souviens que j’étais peureuse avant d’être fascinée. Au moment de passer la ligne de démarcation, j’ai senti une goutte d’eau, puis une seconde : il pleuvait. Je reculais aussitôt : il faisait beau ! Je levai la tête et découvris le magicien qui se jouait du temps.
Je lui ai fait un signe de la main. J’ai repassé plusieurs fois la ligne, goûté l’averse avant de sauter de l’autre côté. C’était magique ! Puis tout est rentré dans l’ordre. La ligne a disparu, me laissant au soleil. Je crois que j’aurais préféré faire la route sous la pluie.

Cy Jung®

Cette entrée a été publiée dans Photocriture. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>